Archéologie numérique: retour d’expériences

LogoAmpoule_Vadams01Le terme d’archéologie numérique serait-il un commode « mot-valise », voire juste « en vogue », pour  parler des applications de l’informatique en archéologie ?

Notre retour d’expériences sur le sujet se veut modeste mais il témoigne des changements de pratiques qui accompagnent la discipline.

 L’utilisation de l’informatique en archéologie est incontournable puisque les systèmes de gestion de bases de données constituent les fondements de l’enregistrement archéologique.

Les Systèmes d’Information Géographique (SIG) en sont juste une extension mais ils se justifient par leur capacité à gérer massivement différents types de données et par leur interopérabilité.

"La chaîne opératoire dans la gestion de la documentation archéologique", projet Canal Seine Nord Europe.

L’acquisition des données est certainement le domaine le plus dynamique et sur lequel l’archéologie bénéficie le plus d’applications, que ce soit du LIDAR, de la photogrammétrie 3D ou plus généralement tous les nouveaux appareils de topographie informatisée.

 La puissance de ces outils fait qu’il est possible aujourd’hui de réaliser directement les relevés archéologiques: la précision acquise est telle que l’on peut concrètement prétendre à un enregistrement en 3D, ou encore en temps réel, et de façon plus courante à un enregistrement direct.

"Le relevé archéologique numérique en contexte préventif", projet LGV SEA2.

Nous rejoignons donc le constat de Philippe Fleury sur la place de plus en plus prépondérante de l’analyse (Fleury 2010) car, dans cette approche, c’est effectivement la notion de modèle informatique qui implique un changement de pratique archéologique.

Nous voulons pour exemple notre expérience avec le projet Archaedyn avec la mise en place d’un outil d’aide à la décision dans la prospection archéologique à partir d’un relevé archéologique numérique de données LIDAR (Georges-Leroy et al. 2011).

"Indice d'un état de conservation de vestiges archéologiques", projet « Lidar-Haye » et projet « ARCHAEDYN ».

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Références

Fleury 2010
Fleury P., « La réalité virtuelle et son intégration dans un projet », Nouv. Archéologie, 122, pp. 29‑33.

Georges-Leroy et al. 2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.


Une réflexion au sujet de « Archéologie numérique: retour d’expériences »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *