La « chaîne opératoire » du traitement et de la gestion de la documentation archéologique par SIG : une modélisation des données archéologiques vers un modèle d’information archéologique (projet « CSNE »)

LogoAmpoule_Vadams01Image à la une: Processus métier sur le chantier Canal Seine Nord Europe (DAO: Alexia Doazan)

Le projet « CSNE » (Canal Seine Nord Europe – INRAP) est à rapprocher du SIA (Système d’Information Archéologique) et se place comme la première expérience archéologique de cet ampleur sur la question des modèles d’information archéologique.

C’est pourquoi, à notre échelle « terrain », nous avons abordé la question de la modélisation des données archéologiques, rendue possible par la mise en place d’un SIG.

La « chaine opératoire » définie ici peut se séquencer pour chaque opération archéologique de la manière suivante: établir la donnée de terrain quelque soit le type d’opération (diagnostic ou fouille), effectuer les traitements informatiques post-terrain (SIG) pour exploiter l’information produite (DAO – cartographie) et permettre la publication du rapport concerné.

C’est donc une logique de production et de gestion de contenu, sous forme de chaîne éditoriale, définie par un processus métiers, un modèle d’information archéologique et un logiciel type SIG que ce projet a voulu mettre en œuvre pour capitaliser les informations produites et faciliter certaines communications.

Le modèle d’information archéologique se retouve alors dans le choix de la modélisation des données. Dans une démarche de recueil et de traitements de ces données, nous avons eu à définir une méthode d’archivage de ces données.

C’est pourquoi nous avons défini à la fois le modèle de métadonnées pour la partie DAO (plans, dessins et photos) et la procédure type de recalage des minutes de terrain pour le plan topographique correspondant.

 Il est alors maintenant possible de retrouver sur le même document (fichier) l’ensemble des données de terrain concernant une opération archéologique.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "La « chaîne opératoire » du traitement et de la gestion de la documentation archéologique par SIG : une modélisation des données archéologiques vers un modèle d’information archéologique (projet « CSNE »)," in Archéologie numérique, 22/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/189.

 

Application/méthodologie d’un indice de conservation des vestiges archéologiques par imagerie LIDAR (projet « Lidar-Haye » – projet « Archaedyn »)

LogoAmpoule_Vadams01Image à la une: Résumé de ma présentation sur la « Modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple des parcellaires fossiles en forêt de Haye », données issues du projet « LIDAR-Haye » (responsable scientifique M.Georges-Leroy)
Les nouvelles méthodes d’acquisition des données archéologiques nécessitent aujourd’hui un investissement différent dans l’exploitation de celles-ci mais la validation de cette information archéologique passe toujours par la confrontation de ces descripteurs à nos propres observations.

 

Murielle Georges-Leroy, conservatrice du patrimoine et responsable du projet « Lidar- Haye » pour la partie archéologique (Georges-Leroy et al. 2011), nous a permis de travailler sur ce type de donnees en tant qu’archéomaticienne.

Un levé de type LIDAR (Light Detection And Ranging) renouvelle le relevé archéologique par son approche multiscalaire: le projet « Lidar-Haye » en est la référence, l’étude morphologique permet l’identification de paysages agraires fossilisés.(Georges-Leroy et al. 2011, 2007)

 C’est dans le cadre du projet « Archaedyn », en 2010, toujours sous la tutelle scientifique de Murielle Georges-Leroy, qu’il nous a été demandé de présenter, lors de l’atelier 1 « Aires d’approvisionnement », notre étude sur le relevé archéologique numérique issu de ces données (Doazan-Fontaine 2010, 2008).

En nous appuyant sur cette typologie de l’occupation du sol et les travaux d’« Archaedyn » sur la définition de l’objet « parcellaire fossile », nous avons mené une analyse spatiale de ces données « Lidar-Haye » afin de déterminer un état de conservation de ces structures archéologiques.

Cet indice se veut donc un outil d’aide à la décision dans la prospection archéologique.

Multiplier ces repères méthodologiques permet, d’une part, de cadrer au plus près cette réalité numérique et, d’autre part, de rester critique face à ces jeux de données.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "Application/méthodologie d’un indice de conservation des vestiges archéologiques par imagerie LIDAR (projet « Lidar-Haye » – projet « Archaedyn »)," in Archéologie numérique, 22/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/175.

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Georges-Leroy et al.2007

Georges-Leroy M., Tolle F., Nouvel P., « Analysis of the Intensity of Agrarian Exploitation by Spatial Analysis of Ancient Field Systems Preserved by Forest Cover », Identifying Settlement Patterns and Territories 1, Layers of Perception – CAA 2007, pp.1-8.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Doazan-Fontaine 2008

Fontaine A., 2008, « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporte », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours, ? pages.

Fontaine A., 2010, « Une modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple de la forêt de Haye», projet ARCHAEDYN – Atelier 1 « Aires et approvisionnement », présentation faîte le 31 mars 2010.

 

 

Exemple d’un relevé archéologique numérique en contexte préventif (projet « LGV – SEA2 »)

LogoAmpoule_Vadams01

Image à la une: vue du chantier de Marigny-Brizay

L’archéologie numérique est opérationnelle et le relevé archéologique numérique en est son application.

Sous contrat avec la société privé d’archéologie Arkémine et sous la responsabilité scientifique de son responsable d’opération Gérald Bonnamour, nous avions en charge l’enregistrement topographique de la fouille de Marigny-Brizay (Vienne – 86) sur le tracé de la LGV SEA 2 (Bonnamour,2013).

L’objectif principal était d’assurer la continuité de l’information archéologique relevée, d’où un enregistrement topographique régulier.

Nous avons effectué les levés topographiques tous les deux jours ce qui a nécessité de nouveaux outils à la fois de terrain (tachéomètre – Leica TS06) et de post-traitement (progiciel dédié – AutocadMap3D) pour gérer la quantité de données et fournir un plan à jour, à chaque jour de fouille.

Le suivi de l’information archéologique est donc réalisée selon l’avancée du chantier par une simple codification et charte graphique, en plan et coupe.

D’une part, cela permet un meilleur post-traitement des données (et de revenir ultérieurement sur le fichier concerné, sans perte d’information) et d’autre part, le recoupement avec les listings papiers est mieux assuré (Doazan, 2012).

Il est alors possible d’échanger directement sur un document commun, puisque le numéro de listing assure le lien entre le relevé topographique et le relevé papier.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "Exemple d’un relevé archéologique numérique en contexte préventif (projet « LGV – SEA2 »)," in Archéologie numérique, 21/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/109.

 

Références

Bonnamour, 2014

Bonnamour G., « «  Fouille préventive « La Renferme » (Marigny Brizay, 86), Opération d’aménagement – LGV SEA 2, Rapport pdf – Photos, société Arkémine.

Doazan, 2012

Doazan A.,« Opération d’aménagement – LGV SEA 2, site « La Renferme », Marigny Brizay, Vienne (86) », Note de synthèse remise au Responsable d’Opération G.Bonnamour, 6 pages.

 

 

 

 

Traitement des données LIDAR en archéologie : la modélisation graphique des objets archéologiques (projet « Lidar-Haye »)

LogoAmpoule_Vadams01Image à la une : Cheminement conceptuel de l’Information Archéologique

On nomme sous l’acronyme Li.D.A.R. (Light Detection and Ranging) une technique de télédétection aéroportée qui permet des levés topographiques d’une précision inférieure à0,15 m en coordonnées XYZ (Mallet, 2008).

 Les modèles numériques de terrain (MNT) issus de ce procédé offrent donc une précision impressionnante qui permet aujourd’hui à l’archéologue un champ d’observation beaucoup plus vaste des phénomènes qu’il veut étudier, puisque d’un site il passe à celle d’un territoire.
 Le projet « Lidar-Haye » est pionnier dans ce domaine de l’archéologie numérique en mettant en place :

« une méthode de cartographie et élaboré un référentiel de vestiges archéologiques et de structures morphologiques diverses, adaptés à l’analyse et à l’interprétation des données lidar » (Georges-Leroy et al. 2011).

Nous avons eu la chance d’y participer et d’y comprendre les objectifs définis, à savoir, d’une part, l’exigence de traitements numériques des données LIDAR et, d’autre part, la nécessité de faire passer les interprétations archéologiques par des représentations graphiques.

Nous avons aussi appris que l’information archéologique n’était pas une donnée en soi mais issue d’un long processus incluant des questionnements, des options techniques et des choix interprétatifs dont il était souhaitable d’avoir conscience pour pouvoir utiliser l’information en connaissance de cause.

 Cette information n’est donc jamais neutre ou complètement objective dans la mesure où elle est une donnée construite à partir de données issues de la télémétrie laser.

Nous avons alors participé à ce relevé archéologique numérique (Georges-Leroy et al. 2011 2004) et en tant qu’archéomaticienne, nous avons aussi proposé une modélisation cartographique de ces objets archéologiques, afin de suivre la logique établie de cette structuration de l’information.

 Notre intervention se place donc comme une procédure dans ce SIG (dans le cadre de mon stage de Master Professionnel, en 2008) : j’ai participé à cette gestion de projet et proposer une optimisation de cette information archéologique en formalisant un raisonnement cartographique (Doazan-Fontaine 2008).

Modéliser cette information archéologique par un cheminement conceptuel dont le traitement numérique est une représentation de celle-ci pour intégrer la notion d’échelle de conception ; pour à termes permettre la comparaison entre modèles.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "Traitement des données LIDAR en archéologie : la modélisation graphique des objets archéologiques (projet « Lidar-Haye »)," in Archéologie numérique, 18/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/57.

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Fontaine-Doazan 2008 Fontaine A., « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporté », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours,

Mallet, Chauve, Bretar 2008
Mallet C., Chauve A., Bretar F. « Analyse et traitement d’ondes lidar pour la cartographie et la reconnaissance de formes : application au milieu urbain », RFIA : pp.693-702.

 

 

 

Archéologie numérique: retour d’expériences

LogoAmpoule_Vadams01Le terme d’archéologie numérique serait-il un commode « mot-valise », voire juste « en vogue », pour  parler des applications de l’informatique en archéologie ?

Notre retour d’expériences sur le sujet se veut modeste mais il témoigne des changements de pratiques qui accompagnent la discipline. Continuer la lecture de Archéologie numérique: retour d’expériences