Objets numériques, objets techniques : sur la curation de contenus de ce blog

Aujourd’hui, par le numérique, nous avons un accès simplifié à différents types d’informations. C’est pourquoi il nous semble important de justifier notre démarche de curation de contenus car nous ne sommes ni dans une stratégie de veille, ni issues des sciences de l’information.

Cependant, comme toute personne ayant soutenu un mémoire, nous utilisons une démarche similaire à la curation lorsque nous travaillons sur notre sujet, notamment pour la partie bibliographique : en ce sens, nous nous sentons légitime mais non spécialiste de cette pratique.

Cette curation de contenu nous sert à appuyer à la fois, le thème de ce carnet, l’archéologie numérique, et notre intérêt pour la modélisation conceptuelle que nous estimons importante, du fait de la place de plus en plus prépondérante des modèles mathématiques dans notre perception et compréhension des réalités du monde.

Autrement dit:

Il s’agit d’y établir les moyens de concordance à la définition des caractéristiques et de leurs correspondances avec les éléments du réel représentés dans le calcul (Barillo, 1984)

Dans ce rapport, la curation est  finalement un procédé numérique qui s’articule en chaîne opératoire, c’est à dire par une succession d’étapes techniques, résumées selon 3 opérations : la sélection, l’éditorialisation et le partage.

En partant de cette logique, il s’est avéré nécessaire de nous appuyer sur les concepts clés de la pensée simondonienne, que sont le principe d’individuation et d’objet technique (en tant qu’être, Simondon 1958, 2012) pour permettre cette médiation avec l’information et ces supports de structure:

« Le devenir n’est pas devenir de l’être individué mais devenir d’individuation de l’être: ce qui advient arrive sous forme d’une mise en question de l’être, c’est à dire sous forme d’élément d’une problématique ouverte qui est celle que l’individuation de l’être résout… » (Simondon, 1989: 224)

Par conséquence, notre propos suit la démarche classique de curation  puisqu’il s’agit de contextualiser l’informationen modélisant nos critères de sélection, et de l’unifier, en définissant notre problématique sous forme d’éléments:

« Une telle conception n’est possible que si l’on admet la notion de phases de l’être. » (ibid)

C’est donc par une logique de système que nous appréhendons cette réalité numérique de curation de contenus, véhiculée par l’information qu’elle transporte, dans des compartiments conceptuels définis comme ensembles et sous-ensembles :

« On pourrait dire que l’information est à la fois intérieure et extérieure ; elle exprime les limites d’un sous-ensemble ; elle est médiation entre chaque sous-ensemble et l’ensemble. Elle est résonance interne de l’ensemble en tant qu’il comporte des sous-ensembles : elle réalise l’individuation de l’ensemble comme cheminement de solutions entre les sous-ensembles qui le constituent : elle est résonance interne des structures des sous-ensembles à l’intérieur de l’ensemble : cet échange est intérieur par rapport à l’ensemble et extérieur par rapport à chacun des sous-ensembles. » (ibid: 236)

Sous la forme d’un diagramme simplifié, il nous semble alors plus facile de visualiser à la fois ces différents ensembles selon la réalité(s) et la temporalité(s) à laquelle ils sont rattachés et par la même,  de les définir par ce principe d’individuation comme objets techniques (BDD, MNT, Relevé Archéologique) de notre objet d’étude (Archéologie Numérique) :

« Le principe de la méthode que nous proposons consiste à supposer qu’il y a conservation d’être, et qu’il ne faut penser qu’à partir d’une réalité complète (…) En fait, l’individu n’est pas une réalité complète ; mais il n’a pas non plus pour complémentaire la nature toute entière, devant laquelle il deviendrait une réalité infime… » (Simondon, 2005 : 65)

Par cette extension du raisonnement, il nous est alors maintenant possible de répondre à notre questionnement de départ, en instaurant une situation de connaissances dans la vision culturelle de ces réalités techniques.

ArcheoNum_CurationContenu(1)

Nous verrons le détail de cette analyse par type d’objet technique (à venir)

Archéologie appliquée au terrain