Archives par mot-clé : projetLIDARHaye

Traitement des données LIDAR en archéologie : la modélisation graphique des objets archéologiques (projet « Lidar-Haye »)

LogoAmpoule_Vadams01Image à la une : Cheminement conceptuel de l’Information Archéologique

On nomme sous l’acronyme Li.D.A.R. (Light Detection and Ranging) une technique de télédétection aéroportée qui permet des levés topographiques d’une précision inférieure à0,15 m en coordonnées XYZ (Mallet, 2008).

 Les modèles numériques de terrain (MNT) issus de ce procédé offrent donc une précision impressionnante qui permet aujourd’hui à l’archéologue un champ d’observation beaucoup plus vaste des phénomènes qu’il veut étudier, puisque d’un site il passe à celle d’un territoire.
 Le projet « Lidar-Haye » est pionnier dans ce domaine de l’archéologie numérique en mettant en place :

« une méthode de cartographie et élaboré un référentiel de vestiges archéologiques et de structures morphologiques diverses, adaptés à l’analyse et à l’interprétation des données lidar » (Georges-Leroy et al. 2011).

Nous avons eu la chance d’y participer et d’y comprendre les objectifs définis, à savoir, d’une part, l’exigence de traitements numériques des données LIDAR et, d’autre part, la nécessité de faire passer les interprétations archéologiques par des représentations graphiques.

Nous avons aussi appris que l’information archéologique n’était pas une donnée en soi mais issue d’un long processus incluant des questionnements, des options techniques et des choix interprétatifs dont il était souhaitable d’avoir conscience pour pouvoir utiliser l’information en connaissance de cause.

 Cette information n’est donc jamais neutre ou complètement objective dans la mesure où elle est une donnée construite à partir de données issues de la télémétrie laser.

Nous avons alors participé à ce relevé archéologique numérique (Georges-Leroy et al. 2011 2004) et en tant qu’archéomaticienne, nous avons aussi proposé une modélisation cartographique de ces objets archéologiques, afin de suivre la logique établie de cette structuration de l’information.

 Notre intervention se place donc comme une procédure dans ce SIG (dans le cadre de mon stage de Master Professionnel, en 2008) : j’ai participé à cette gestion de projet et proposer une optimisation de cette information archéologique en formalisant un raisonnement cartographique (Doazan-Fontaine 2008).

Modéliser cette information archéologique par un cheminement conceptuel dont le traitement numérique est une représentation de celle-ci pour intégrer la notion d’échelle de conception ; pour à termes permettre la comparaison entre modèles.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "Traitement des données LIDAR en archéologie : la modélisation graphique des objets archéologiques (projet « Lidar-Haye »)," in Archéologie numérique, 18/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/57.

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Fontaine-Doazan 2008 Fontaine A., « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporté », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours,

Mallet, Chauve, Bretar 2008
Mallet C., Chauve A., Bretar F. « Analyse et traitement d’ondes lidar pour la cartographie et la reconnaissance de formes : application au milieu urbain », RFIA : pp.693-702.