Archives par mot-clé : Prospection archeologique

Application/méthodologie d’un indice de conservation des vestiges archéologiques par imagerie LIDAR (projet « Lidar-Haye » – projet « Archaedyn »)

LogoAmpoule_Vadams01Image à la une: Résumé de ma présentation sur la « Modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple des parcellaires fossiles en forêt de Haye », données issues du projet « LIDAR-Haye » (responsable scientifique M.Georges-Leroy)
Les nouvelles méthodes d’acquisition des données archéologiques nécessitent aujourd’hui un investissement différent dans l’exploitation de celles-ci mais la validation de cette information archéologique passe toujours par la confrontation de ces descripteurs à nos propres observations.

 

Murielle Georges-Leroy, conservatrice du patrimoine et responsable du projet « Lidar- Haye » pour la partie archéologique (Georges-Leroy et al. 2011), nous a permis de travailler sur ce type de donnees en tant qu’archéomaticienne.

Un levé de type LIDAR (Light Detection And Ranging) renouvelle le relevé archéologique par son approche multiscalaire: le projet « Lidar-Haye » en est la référence, l’étude morphologique permet l’identification de paysages agraires fossilisés.(Georges-Leroy et al. 2011, 2007)

 C’est dans le cadre du projet « Archaedyn », en 2010, toujours sous la tutelle scientifique de Murielle Georges-Leroy, qu’il nous a été demandé de présenter, lors de l’atelier 1 « Aires d’approvisionnement », notre étude sur le relevé archéologique numérique issu de ces données (Doazan-Fontaine 2010, 2008).

En nous appuyant sur cette typologie de l’occupation du sol et les travaux d’« Archaedyn » sur la définition de l’objet « parcellaire fossile », nous avons mené une analyse spatiale de ces données « Lidar-Haye » afin de déterminer un état de conservation de ces structures archéologiques.

Cet indice se veut donc un outil d’aide à la décision dans la prospection archéologique.

Multiplier ces repères méthodologiques permet, d’une part, de cadrer au plus près cette réalité numérique et, d’autre part, de rester critique face à ces jeux de données.

Contact : alexia.doazan@gmail.com

Cite this article as: Alexia Doazan, "Application/méthodologie d’un indice de conservation des vestiges archéologiques par imagerie LIDAR (projet « Lidar-Haye » – projet « Archaedyn »)," in Archéologie numérique, 22/06/2016, http://archnum.hypotheses.org/175.

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Georges-Leroy et al.2007

Georges-Leroy M., Tolle F., Nouvel P., « Analysis of the Intensity of Agrarian Exploitation by Spatial Analysis of Ancient Field Systems Preserved by Forest Cover », Identifying Settlement Patterns and Territories 1, Layers of Perception – CAA 2007, pp.1-8.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Doazan-Fontaine 2008

Fontaine A., 2008, « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporte », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours, ? pages.

Fontaine A., 2010, « Une modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple de la forêt de Haye», projet ARCHAEDYN – Atelier 1 « Aires et approvisionnement », présentation faîte le 31 mars 2010.