Visualisation de données : R et corpus archéologique

2019-11-03

Un billet pour présenter notre première application avec l’environnement R et surtout l’IDE absolument génial qu’est Rstudio. Deux impressionnants outils complémentaires qui facilitent grandement l’analyse et la communication scientifiques.

Notre objectif était de communiquer certains résultats que nous avions obtenus sur une collection d’objets archéologiques étudiés. S’agissant de notre première application, nous avons réduit le corpus et espérons, par la suite, élargir cette analyse.

Dans le cadre de notre Master 2 Recherche, nous avons cherché à comprendre un ensemble de pierres taillées. Celui-ci se caractérisait par un état d’abandon que nous avons essayé de définir : la caractérisation de cet état nous a alors permis d’observer certains gestes opérés sur ces objets. Notre méthodologie s’est évidemment inscrite dans une démarche de chaîne opératoire, étape indispensable à toute analyse technologique.

Afin d’expliciter ce type de démarche archéologique, nous avons utilisé la visualisation de données dans un environnement R.

Notre but était d’obtenir rapidement une information sur ce corpus d’objets archéologiques et la représentation graphique s’est imposée comme une méthode particulièrement efficace.

Notre questionnement était simple : comment rendre accessible cet ensemble? Comment communiquer une étude typologique grâce à ces nouveaux outils numériques?

Evidemment, les données archéologiques se prêtent naturellement aux analyses statistiques. Voilà ce qui a justifié un environnement de développement comme R: cohérence et simplicité d’usage ; n’étant pas statisticienne de formation, ces outils sont d’une grande pédagogie pour des non-spécialistes.

Ainsi, notre application permet de visualiser pour un type de lames, les morphologies recensées selon leur section. En un seul “click”, on peut aussi visualiser le numéro d’inventaire rattaché à la pièce (quand celui-ci est connu) et aussi la longueur de cet objet (en mm), représenté proportionnellement.

Autrement dit, il est plus aisé de se représenter cette collection d’objets.

Ce type de visualisation permet une clarté dans la présentation des données et surtout rend rapidement compréhensible une étude (ici typologique) par l’information que l’on veut communiquer.

Cette petite application est testable ci-dessous et nous espérons pouvoir la faire évoluer vers une présentation plus complète de cette collection.

Contact : fontaine.alexia8@gmail.com

 



Citer ce billet
archnum (2019, 3 novembre). Visualisation de données : R et corpus archéologique. Archéologie + numérique = Archnum. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cw3z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.