Archives de catégorie : CARNET DE RECHERCHES

Chaîne éditoriale & projet de recherche

Tout récemment, j’ai travaillé ponctuellement pour le projet de recherche LIVE (ANR 18-EURE-0011) regroupant différentes disciplines (donc plusieurs chercheurs) sur une même thématique.

Mon rôle était d’accompagner la production des contenus (SERIE) pour une formation en ligne.

La question d’une chaîne éditoriale s’est donc vite posée pour des questions de suivi du projet, de partage/version de document, et en proposant un modèle documentaire basé sur QUATRO, un IDE de RStudio.

De cette manière, à partir d’un même document Rmarkdown, le partage du contenu peut s’étendre à différents formats :

  • un site web sur MOODLE
  • une archive partagée sur GITHUB
  • un projet partagé en ligne sur POSIT CLOUD

De cette manière, un premier incrément fonctionnel est possible et permet d’avancer sur le projet. L’outil n’est pas le plus important, QUARTO s’adapte juste aux exigences du monde universitaire.

L’objectif est bien de faire évoluer ce dispositif pour obtenir au final ce qui a été demandé.

chaîne éditoriale proposée pour le projet EUR-LIVE

chaîne éditoriale proposée pour le projet EUR-LIVE

 

Toki app.

Une application de cartographie interactive

  • Présentation des INVENTAIRES DE COLLECTES (incomplets) réalisées par les collégiens du district de MUA, entre 1995-1999.
  • Cette application est un exemple de production de contenus : cette démarche de valorisation de données s’appuie sur un mémoire de recherche mené en 2006  pour notre Master Archéologie.

Nous avons tenté de repenser ce corpus d’étude dans le cadre d’une reproductibilité des résultats, mais aussi en termes de communication de l’information.

Pour plus d’informations, voir les articles suivants sur notre chaîne de réalisation :

Toki : présentation d’un corpus d’étude archéologique
Application Toki : Analyse morphologique et visualisation morphométrique de lames en pierre

Notre démarche pour ce type d’exploration des données :
Visualisation de données : R et corpus archéologique

Application TOKI : Analyse morphologique et visualisation morphométrique de lames en pierre

Pour une meilleure expérience utilisateur, notamment pour l’usage des FILTRES, voir aussi directement : https://slowsia.shinyapps.io/AppTokiAnalyseMorphoV3/

  • Problème de visualisation des analyses géométriques : nous n’avons pas encore résolu le problème avec shinyapps.io… Il s’agit de l’ACM et la possibilités de filtrer ce type d’analyse géométrique (en local, ça fonctionne!) : RESOLU _ shinyapps.io ne prend pas en charge le stockage de données.

BIBLIOGRAPHIE

Winston Chang, Joe Cheng, JJ Allaire, Yihui Xie and Jonathan McPherson (2018). shiny: Web Application Framework for R. R package version 1.2.0.https://CRAN.R-project.org/package=shiny

Yihui Xie, Joe Cheng and Xianying Tan (2018). DT: A Wrapper of the JavaScript Library ‘DataTables’. R package version 0.5. https://CRAN.R-project.org/package=DT

Carson Sievert (2018) plotly for R. https://plotly-book.cpsievert.me

H. Wickham. ggplot2: Elegant Graphics for Data Analysis. Springer-Verlag New York, 2016.

Contact : fontaine.alexia8@gmail.com

TOKI : Présentation d’un corpus d’étude archéologique

05/11/2020

Reprendre un travail de recherche n’est pas aisé, pourtant, grâce aux outils numériques, il est plus facile de reproduire l’analyse de notre corpus d’étude et de présenter de nouveaux éléments de connaissances. 

Il en résulte la possibilité d’une reproductibilité des résultats archéologiques grâce à la visualisation des données. Et cela est une vraie nouveauté dans nos pratiques de travail.

Il faut alors reprendre sa problématique de départ pour définir des contextes d’analyse.

Dans notre étude de terrain, il s’agissait d’identifier à travers un corpus de pierres taillées un schéma de production pour un groupe typologique comme l’herminette.

L’herminette est un outil imbriqué dans un rapport complexe entre forme et fonction, de par sa nature composite, comprenant une armature et un manche, plus ses moyens de fixation.

Notre étude ne porte que sur la lame en pierre, élément archéologique qui se conserve le mieux.

Partant de cette définition de notre objet d’étude, la démarche s’est portée sur l’analyse technologique.

Celle-ci nous permettait de définir un concept de production, celui de l’investissement en matière et temps, pour aboutir à celui de l’objectif de cette production, à travers la notion de fonctionnalités de l’outil.

De cette articulation logique, la chaîne opératoire (ALG,1964), notre approche technologique permet la mise en place de deux contextes :

  • un contexte global, puisqu’on évite de plaquer sur l’objet une désignation fonctionnelle, par cet état “ethno-fonctionnel” défini par des séquences culturelles.
  • un contexte local, puisque l’objet porte en lui un aspect cognitif, en tant que raisonnement, identifié ici par son état “d’abandon” défini en grande partie par des situations de catachrèse (Boëda,2013).

Autrement dit, le fonctionnement d’un ensemble ne peut pas se résumer au fonctionnement d’un seul des éléments qui le composent. De plus, ces pierres taillées systématisent des supports d’information en tant qu’objets techniques d’un système donné.

“A aucune structure fixe ne correspond à un usage défini. Un même résultat peut-être obtenu à partir de fonctionnements et de structures différentes.” (Simondon,1958)

Il y a donc bien une problématique épistémologique sur la notion de “mémoire collective technique”, au sens de Simondon qui rappelle avec clairvoyance le piège de “ce qui est c’est ce qui doit être” : l’objet d’une analyse technologique est le geste opératoire et non l’outil qui induit faussement l’existence d’une “connaissance universelle” qui voudrait rendre compte de n’importe quel outil.

C’est par une expérience du non-vécue mais présente par l’objet que la démarche préhistorique s’efforce de comprendre ces mémoires épiphylogénétiques (Stiegler, 1994).

Ce cadre d’étude nous semble très important à poser pour pouvoir amener le lecteur à l’application que nous proposons, à savoir une présentation de notre corpus d’étude.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE : relation matière première et section transversale de l’objet

Remarque : il serait utile d’optimiser cet indicateur de résultat (…bien que très restreint et toute proportion gardée sur notre capacité d’optimisation!), seulement être en mesure de mieux communiquer les résultats de ces tests et toute la critique à en apporter.

CapureRpubs

Rpubs : Toki, analyse morphologique http://rpubs.com/siasia/TokiAnalyseMorphologique

Ce tableau de bord permet une synthèse des résultats sur l’analyse que nous avons menée, mais il ne peut résumer tout le sujet de cette étude.

  • Problème de visualisation des analyses géométriques : nous n’avons pas encore résolu le problème avec shinyapps.io… Il s’agit de l’ACM et la possibilités de filtrer ce type d’analyse géométrique (en local, ça fonctionne!) RESOLU _ shinyapps.io ne prend pas en charge le stockage de données.

Visualisation de données : R et corpus archéologique

2019-11-03

Un billet pour présenter notre première application avec l’environnement R et surtout l’IDE absolument génial qu’est Rstudio. Deux impressionnants outils complémentaires qui facilitent grandement l’analyse et la communication scientifiques.

Notre objectif était de communiquer certains résultats que nous avions obtenus sur une collection d’objets archéologiques étudiés. S’agissant de notre première application, nous avons réduit le corpus et espérons, par la suite, élargir cette analyse.

Dans le cadre de notre Master 2 Recherche, nous avons cherché à comprendre un ensemble de pierres taillées. Celui-ci se caractérisait par un état d’abandon que nous avons essayé de définir : la caractérisation de cet état nous a alors permis d’observer certains gestes opérés sur ces objets. Notre méthodologie s’est évidemment inscrite dans une démarche de chaîne opératoire, étape indispensable à toute analyse technologique.

Afin d’expliciter ce type de démarche archéologique, nous avons utilisé la visualisation de données dans un environnement R.

Notre but était d’obtenir rapidement une information sur ce corpus d’objets archéologiques et la représentation graphique s’est imposée comme une méthode particulièrement efficace.

Notre questionnement était simple : comment rendre accessible cet ensemble? Comment communiquer une étude typologique grâce à ces nouveaux outils numériques?

Evidemment, les données archéologiques se prêtent naturellement aux analyses statistiques. Voilà ce qui a justifié un environnement de développement comme R: cohérence et simplicité d’usage ; n’étant pas statisticienne de formation, ces outils sont d’une grande pédagogie pour des non-spécialistes.

Ainsi, notre application permet de visualiser pour un type de lames, les morphologies recensées selon leur section. En un seul “click”, on peut aussi visualiser le numéro d’inventaire rattaché à la pièce (quand celui-ci est connu) et aussi la longueur de cet objet (en mm), représenté proportionnellement.

Autrement dit, il est plus aisé de se représenter cette collection d’objets.

Ce type de visualisation permet une clarté dans la présentation des données et surtout rend rapidement compréhensible une étude (ici typologique) par l’information que l’on veut communiquer.

Cette petite application est testable ci-dessous et nous espérons pouvoir la faire évoluer vers une présentation plus complète de cette collection.

Contact : fontaine.alexia8@gmail.com

 

Application/méthodologie d’un indice de conservation des vestiges archéologiques par imagerie LIDAR (projet “Lidar-Haye” – projet “Archaedyn”)

Image à la une: Résumé de ma présentation sur la “Modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple des parcellaires fossiles en forêt de Haye”, données issues du projet « LIDAR-Haye » (responsable scientifique M.Georges-Leroy)

Les nouvelles méthodes d’acquisition des données archéologiques nécessitent aujourd’hui un investissement différent dans l’exploitation de celles-ci mais la validation de cette information archéologique passe toujours par la confrontation de ces descripteurs à nos propres observations.

 

Murielle Georges-Leroy, conservatrice du patrimoine et responsable du projet « Lidar- Haye » pour la partie archéologique (Georges-Leroy et al. 2011), nous a permis de travailler sur ce type de donnees en tant qu’archéomaticienne.

Un levé de type LIDAR (Light Detection And Ranging) renouvelle le relevé archéologique par son approche multiscalaire: le projet « Lidar-Haye » en est la référence, l’étude morphologique permet l’identification de paysages agraires fossilisés.(Georges-Leroy et al. 2011, 2007)

 C’est dans le cadre du projet « Archaedyn », en 2010, toujours sous la tutelle scientifique de Murielle Georges-Leroy, qu’il nous a été demandé de présenter, lors de l’atelier 1 « Aires d’approvisionnement », notre étude sur le relevé archéologique numérique issu de ces données (Doazan-Fontaine 2010, 2008).

En nous appuyant sur cette typologie de l’occupation du sol et les travaux d’« Archaedyn » sur la définition de l’objet “parcellaire fossile”, nous avons mené une analyse spatiale de ces données « Lidar-Haye » afin de déterminer un état de conservation de ces structures archéologiques.

Cet indice se veut donc un outil d’aide à la décision dans la prospection archéologique.

Multiplier ces repères méthodologiques permet, d’une part, de cadrer au plus près cette réalité numérique et, d’autre part, de rester critique face à ces jeux de données.

Contact : fontaine.alexia8@gmail.com

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Georges-Leroy et al.2007

Georges-Leroy M., Tolle F., Nouvel P., « Analysis of the Intensity of Agrarian Exploitation by Spatial Analysis of Ancient Field Systems Preserved by Forest Cover », Identifying Settlement Patterns and Territories 1, Layers of Perception – CAA 2007, pp.1-8.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Doazan-Fontaine 2008

Fontaine A., 2008, « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporte », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours, ? pages.

Fontaine A., 2010, « Une modélisation géométrique pour automatiser une opération locale : l’exemple de la forêt de Haye», projet ARCHAEDYN – Atelier 1 “Aires et approvisionnement”, présentation faîte le 31 mars 2010.

 

 

Traitement des données LIDAR en archéologie : la modélisation graphique des objets archéologiques (projet “Lidar-Haye”)

Image à la une : Cheminement conceptuel de l’Information Archéologique

On nomme sous l’acronyme Li.D.A.R. (Light Detection and Ranging) une technique de télédétection aéroportée qui permet des levés topographiques d’une précision inférieure à 0,15 m en coordonnées XYZ (Mallet, 2008).

 Les modèles numériques de terrain (MNT) issus de ce procédé offrent donc une précision impressionnante qui permet aujourd’hui à l’archéologue un champ d’observation beaucoup plus vaste des phénomènes qu’il veut étudier, puisque d’un site il passe à celle d’un territoire.
 Le projet « Lidar-Haye » est pionnier dans ce domaine de l’archéologie numérique en mettant en place :

« une méthode de cartographie et élaboré un référentiel de vestiges archéologiques et de structures morphologiques diverses, adaptés à l’analyse et à l’interprétation des données lidar » (Georges-Leroy et al. 2011).

Nous avons eu la chance d’y participer et d’y comprendre les objectifs définis, à savoir, d’une part, l’exigence de traitements numériques des données LIDAR et, d’autre part, la nécessité de faire passer les interprétations archéologiques par des représentations graphiques.

Nous avons aussi appris que l’information archéologique n’était pas une donnée en soi mais issue d’un long processus incluant des questionnements, des options techniques et des choix interprétatifs dont il était souhaitable d’avoir conscience pour pouvoir utiliser l’information en connaissance de cause.

 Cette information n’est donc jamais neutre ou complètement objective dans la mesure où elle est une donnée construite à partir de données issues de la télémétrie laser.

Nous avons alors participé à ce relevé archéologique numérique (Georges-Leroy et al. 2011 2004) et en tant qu’archéomaticienne, nous avons aussi proposé une modélisation cartographique de ces objets archéologiques, afin de suivre la logique établie de cette structuration de l’information.

 Notre intervention se place donc comme une procédure dans ce SIG (dans le cadre de mon stage de Master Professionnel, en 2008) : j’ai participé à cette gestion de projet et proposer une optimisation de cette information archéologique en formalisant un raisonnement cartographique (Doazan-Fontaine 2008).

Modéliser cette information archéologique par un cheminement conceptuel dont le traitement numérique est une représentation de celle-ci pour intégrer la notion d’échelle de conception ; pour à termes permettre la comparaison entre modèles.

Contact : fontaine.alexia8@gmail.com

Références

Georges-Leroy et al.2011
Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine É., Dupouey J.-L., « Apport du lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », ArcheoSciences Rev. Archéom., 35, pp. 117‑129.

Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges-Leroy (dir.) 2004
Georges-Leroy M., Heckenbenner D., Laffite J.-D., Meyer N., Dambrine E., Dupouey J.-L. – « Les parcellaires anciens fossilisés dans les forêts Lorraines », in : Dupouey, Dambrine, Dardignac, Georges- Leroy (dir.), Acte du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14-16 décembre 2004, coéditépar l’Office National des forêts, l’Institut national de la recherche agronomique et la Direction régionale des affaires cultuelles de Lorraine, pp. 121-131.

Fontaine-Doazan 2008 Fontaine A., « Guide d’utilisation des informations produites dans le cadre du projet « Lidar-Haye » Chaîne opératoire de l’information archéologique issue d’un levé laser aéroporté », Rapport de stage pour l’obtention du Master 2 Professionnel, université de Tours,

Mallet, Chauve, Bretar 2008
Mallet C., Chauve A., Bretar F. « Analyse et traitement d’ondes lidar pour la cartographie et la reconnaissance de formes : application au milieu urbain », RFIA : pp.693-702.